Présentation de l’ONG ALKHAYRIA

MEMORANDUM

  1. Genèse de l’association

Malgré des zones de résistance, voire de rejet de l’offre éducative, le Sénégal est un pays à tradition islamique ancienne où l’enseignement coranique a précédé l’enseignement classique. C’est dans ce contexte que d’éminents citoyens incarnant de hautes valeurs morales scientifiques issus d’une famille maraboutique, (Famille Serigne Abasse Sall de Louga), d’un foyer de culture, d’instruction et d’éducation dont la notoriété en matière de maîtrise de principes de l’islam est transfrontalière, ont créé à Dakar le 20 Janvier 1994, l’Association de la Coopération Islamique pour l’Education et l’Enseignement (ALKHAYRIA).

Elle compte des membres actifs résidents au Sénégal et à l’étranger et des membres d’honneur ainsi que d’autres personnes du pays ou d’ailleurs ayant  en commun le désir de venir en aide aux populations en général et celles déshéritées en particulier. L’organisation est de par ses status une association sénégalaise régie par les textes réglementaires en vigueur. Elle est à caractère humanitaire sur la base de valeurs et principes islamiques à but non lucratif, de bienfaisance œuvrant pour une éducation religieuse adéquate en compétences de base. Elle contribue à freiner l’analphabétisme en vue d’une éducation pour tous, à répondre aux besoins d’éducation comprenant : la mémorisation du Coran, l’initiation aux sciences religieuses et à la maîtrise des compétences de base requises. Entre autres, elle participe au soutien des populations déshéritées surtout durant les fêtes religieuses, à l’appui et à la prise en charge des orphelins pour une amélioration de leur conditions de vie et tout ceci à travers un cadre de concertation, une synergie avec les organisations humanitaires en dynamisant lé rôle de la Zakat et du financement des dons en vue de renforcer l’action humanitaire et caritative. C’est ainsi que l’organisation a été reconnue sous le récépissé No : 8183 MINT/DAGAT/DEL/AS du 16 Mars 1995, conformément aux dispositions du code des obligations civiles et commerciales modifié. L’association a son siège social à la Villa 109 Cité Keur Khadim-Scat Urbam, Dakar, Tel : 33 864 35 50  BP : 10538.

  1. PHILOSOPHIE

Vivant dans un monde où l’éventualité de la naissance peut condamner  un enfant à la pauvreté et à l’exclusion, l’Association de la Coopération Islamique pour l’Education et l’Enseignement estime qu’il s’agit d’une grande injustice. Aussi son action philosophique repose sur une approche limitée sur des principes de partenariat et de droits. C’est ainsi que cet enfant précité a des droits à : l’éducation, à la participation sociale, aux ressources pour des moyens de subsistances, entre autres, par une relation partenariale. Alors, en investissant dans l’éducation, l’Association sait que c’est changer et garantir une vie en vue d’une participation citoyenne.

  • MISSION

Dans un contexte marqué par une injustice sociale et une pauvreté, l’Association de la Coopération Islamique pour l’Education et l’enseignement se veut être un combattant en quête d’un monde juste et sans pauvreté en travaillant avec des organisations partenaires avec comme cible la jeunesse et les couches vulnérables. Eu égard au aux limites de l’offre publique d’éducation pour tous, de lutte contre la pauvreté et l’injustice sociale, notre organisation se donne une mission de :

  • Contribuer à donner une réponse à des besoins d’éducation comprenant la mémorisation du Coran, l’initiation aux sciences religieuses, la maîtrise des compétences de base requises ;
  • Participer à la formation des maîtres coraniques ;
  • Contribuer à la lutte la pauvreté par le soutien aux couches déshéritées en général et aux orphelins en particulier ;
  • Contribuer au développement de pratiques religieuses par la construction et l’équipement de mosquées.
  1. VISION

Le développement durable s’appuie nécessairement sur un renforcement des capacités des catégories les plus vulnérables et l’établissement des relations entre les différents secteurs de façon à permettre leur réelle participation à l’amélioration des conditions de vie et de bien-être des populations.

Sachant que le genre humain n’est pas un être passif dans le développement, mais qu’il tient bien au contraire le rôle essentiel, l’association accorde une considération capitale aux programmes qui favorisent la protection des enfants vivant dans des conditions particulièrement difficiles, en général et des orphelins en particulier.

  1. OBJECTIFS

Ils tournent autour des axes suivants :

  • Contribuer à l’éradication de l’analphabétisme en vue d’une éducation pour tous par le biais d’une offre éducation utile ;
  • Participer à la promotion de la jeunesse par une éducation basée sur les principes de l’islam ;
  • Contribuer au développement de pratiques religieuses par la construction et l’équipement de mosquées.
  • De participer à la lutte contre la mendicité, l’errance des talibés et la délinquance juvénile, par la création de daaras modernes, d’orphelinats, et de centres d’apprentissage professionnel au profit des enfants défavorisés et inadaptés sociaux.
  • Contribuer à la mise en place d’une chaîne de solidarité en vue d’assister d’une manière durable les couches les plus vulnérables de la société.
  1. CIBLES

Notre action vise la jeunesse, les couches vulnérables (femmes, enfants, orphelins, handicapés), les populations désireuses de promouvoir des pratiques religieuses  au niveau des mosquées, des entités à caractère humanitaire et de bienfaisance avec qui nous coopérons pour faire face aux inégalités. Notre crédo est d’aider les populations à s’aider elles-mêmes et à apprendre à s’adapter afin de trouver la voie du développement par leurs propres moyens.

  • STRATEGIES DE MISE EN ŒUVRE

Elles sont basées sur une approche participative sous entendue par des actions d’information de sensibilisation et d’information. Les stratégies de communication à travers toutes les actions menées, constituent la base des relations avec nos différents acteurs directs comme indirects.

L’approche de notre enseignement est fondée  sur une relation pédagogique horizontale devant servir les intérêts des apprenants.  Pas rigide et reposant pas exclusivement sur l’apprentissage par cœur, il est structuré, alliant instruction direct, pratique guidé et apprentissage autonome dans un environnement accueillant ne reléguant pas la compréhension.

La stratégie du faire faire sera souvent de mise dans la réalisation de certaines activités avec à l’appui un protocole d’accord ou d’entente suivi et évalué.

  • ZONES D’INTERVENTION

En perspective d’obtention de l’arrêté d’agrément en qualité d’ONG, notre vocation sera comme toute ONG d’intervenir sur l’ensemble du territoire national. Cependant, notre zone de prédilection concerne les régions administratives de Louga, Fatick, Kaolack, Saint-Louis, Dakar, Thiès et toutes autres localités où des besoins sont identifiés et exprimés par les populations.

  1.  DOMAINES D’INTERVENTION

Il concerne les secteurs ci-dessous :

  • L’éducation, la formation
  • L’action sociale
  • La construction et l’équipement de mosquées
  • L’hydraulique
  1. DEVELOPPEMENT INSTITUTIONNEL

Au plan institutionnel, l’association compte à son actif une expérience certaine. Elle est administrée par un conseil de gestion. Depuis sa reconnaissance en 1995, l’organisation a comptabilisé un certain un nombre d’expériences dans les domaines de l’organisation des populations, la coordination  et la gestion  de projets et programmes. Au plan des résultats, on note la visibilité et les effets des actions à travers les bénéficiaires  et les zones d’actions. Au plan de l’approche on note aussi le dynamisme du partenariat qui est au cœur de chaque projet.

Au plan des ressources humaines, elle compte 7 membres officiant au plan opérationnel (responsable de projet, comptable, technicien, chauffeur, gardien, entre autres). L’association dispose d’un siège équipé d’un mobilier (bureaux, meubles de rangement, fauteuil, chaises), du  matériels  NTIC (ordinateurs, imprimantes, scanners, etc.), du matériel de transport (trois cars, un pick-up et quatre voitures de liaison qui lui permet d’assurer sa mission.

 

PAYS D’INTERVENTIONS

SENEGAL – GUINEE – GAMBIE – BENIN – CAMEROUN – COTE D’IVOIRE – NIGERIA – NIGER – GABON – MAURITANIE – INDE – BANGLADESH – ARABIE SAOUDITE – PAKISTAN – PALESTINE – SOUDAN – EGYPTE – France – MAROC – MALAISIE.

 Steven Adams Authentic Jersey